Skip to main content
Comme la plupart de ces journées au travail depuis quelques mois, Paul est vite distrait, manque d’investissement et éprouve une grande fatigue. Il ne comprend pas trop ce qui lui arrive, il est d’humeur morose et se sent fatigué.

Ces journées sont de plus en plus longues, il n’a qu’une idée en tête : faire passer le temps. Lorsque la fin de sa journée arrive, il ne se sent pas capable de faire le point (pas de sentiment de satisfaction). Sa ​mémoire devient très sélective au travail et son manque d’inattention s’accroit.
Niveau relation sociale (professionnelle ou personnelle), Paul s’isole et il ne montre plus d’intérêt aux sorties et aux événements avec ses proches. Puis lorsqu’il trouve la motivation d’y aller, il ne participe pas aux discussions et son sens de l’humour (qui habituellement anime les moments) n’est plus au rendez-vous.

Il ne se reconnait plus et il se remet souvent en question. « Est-ce que je suis vraiment fait pour mon travail? » ; « Est-ce que je suis un bon ami? » ; « Est-ce que je mérite ma femme? » ; « Est-ce que mon travail a un impact dans mon entreprise? ».

Le brown-out, qu’est-ce que c’est?

Le brown-out est différent du bore-out ou encore du burn-out. Le bore-out se traduit par l’ennui souvent dû à une sous-charge de travail, le burn-out par un surmenage dû à une surcharge de travail et le brown-out par le manque de sens.
Manquer de sens au travail. On se sent de plus en plus dévalorisé, peu stimulé, fatigué, démotivé, etc. Ce qui va causer un manque d’investissement et manque d’implication dans son travail. En résumé, il ne se sent plus utile.

L’anthropologue David Graeber parlait de « bullshits jobs ». Il affirmait que les sociétés actuelles créaient beaucoup de postes inutiles depuis l’arrivée des nouvelles technologies. Des postes qui vont être occupés par des employés qui, au bout d’un certain temps, vont être confrontés à cette remise en question et cette quête de sens dans leur travail.

Les symptômes du brown-out peuvent être :​
– Le désintéressement
– La démotivation
– La perte d’attention
– L’ isolement
– Les arrêts de travail réguliers
– L’impression de ne jamais aboutir son travail
– La fatigue

On peut dire que le brown-out est le résultat d’une réelle souffrance au travail.

Comment guérir du brown-out?

La première chose que tu peux faire pour sortir d’un brown-out c’est d’en parler. En parler à ta hiérarchie te permettra au moins de poser ta situation et exprimer tes besoins. Ton manager te connaît et sera sûrement de bons conseils pour t’aider à trouver des solutions.

Quelles peuvent être ces solutions ?

Un changement de poste au sein de ton entreprise. Le service RH est là aussi pour t’accompagner dans ton souhait de mobilité interne. Participer à un projet transversal pour découvrir, apprendre et enrichir ton réseau. L’intraprenariat est riche d’expérience de travail. Cela peut être aussi de te lancer dans l’entreprenariat. Qui sait ce qui te mobilisera bientôt ?

Avant d’être dans la mise en œuvre de la solution, peut-être auras-tu besoin d’un moment pour y réfléchir et définir les critères de ton futur projet ?
Le bilan de compétences est un accompagnement complet, réalisé avec un coach, et qui va te permettre de réfléchir sur du moyen/long terme à ton devenir.
En entamant un bilan de compétences, tu vas pouvoir te poser et réaliser quels sont tes besoins et tes envies, pour ensuite trouver la voie professionnelle qui te convienne et qui mette en avant tes aptitudes.

Alors, prêt pour connaitre le métier qui a du sens pour toi ?

Dossiers
thématiques

Développement professionnel

Bien-être
au travail

Efficacité

Laisse un commentaire !